Reprise d’entreprise sous franchise ou sous enseigne

(fonds de commerce : entreprise individuelle ou société simple)

Audit

Développement

Accompagnement

Applications (nos outils)

La digitalisation à 100% ?
Un besoin vital pour votre entreprise !
Découvrez le service !

EN COURS DE DEVELOPPEMENT

1 – LE BUSINESS MODEL

Le Business Model est un document de travail qui trace les grandes lignes de votre projet de création ou de développement d’entreprise de A à Z. Il a notamment pour objectif de résumer et synthétiser la stratégie de votre entreprise, tout comme votre modèle économique.

L’avantage lorsque vous reprenez une franchise, est que le Business Model a déjà été établi par le franchiseur ou la marque elle-même. Le propriétaire cédant la franchise ne l’a donc aucunement créé de toute pièce. Mais vous devrez toutefois le lire très attentivement et l’adapter à vos besoins.

Encore un point important : revoir le Business Model

Lors du rachat d’une entreprise, il est primordial de revoir son Business Model. Évidemment, l’idée n’est pas de tout modifier mais des changements devront sans doute être faits. Lesquels ? Et combien cela va-t-il coûter ? Les produits/services sont-ils toujours en accord avec le marché actuel ? Et avec les évolutions à venir ?

Imaginons par exemple la reprise d’une entreprise dont les clients sont attachés à un produit vieillissant. Vous devrez alors créer de nouveaux produits afin d’accompagner sur le long terme cette clientèle déjà existante. Cela représente des coûts dont il faut impérativement tenir compte au moment de vous lancer.

Autre exemple, le traitement administratif. De nombreuses entreprises fonctionnent encore avec d’anciens systèmes (papiers, traitements manuels) ou des solutions informatiques obsolètes. La mise en place d’une formule numérique performante pourrait arranger bien des choses et accélérer les procédures. Mais cela aussi représente un budget.

Vous devrez également porter votre attention sur les coûts de la structure du personnel (c’est-à-dire au passif social). Le passif social se résume aux coûts de licenciement des collaborateurs internes travaillant dans l’entreprise. Cela fait partie des risques pris par le candidat repreneur étant donné que celui-ci lui est transféré. Le coût devient certain lorsqu’on envisage au moment de la reprise une restructuration du personnel interne lié à une disparition de leur poste. Il est donc important :

  • d’identifier les collaborateurs clés,
  • d’identifier les collaborateurs excédentaires ou ne correspondant pas à l’évolution structurelle de l’entreprise.

Là encore, vous devez intégrer ces coûts à votre réflexion.

En savoir plus sur le BUSINESS model

Pourquoi faire un Business Model ?

Faire un Business Model est important pour plusieurs raisons. Il vous aidera notamment à faire mûrir votre projet, à en dessiner les grandes lignes et à tester plusieurs scénarios.

En tant que repreneur d’une franchise, votre Business Model a déjà été rédigé soit par le franchiseur, soit par la marque que vous représenterez. Le franchisé vous cédant la franchise n’avait que 10 à 15% de marche de manœuvre quant au Business Model. Cela vous épargne donc une partie du travail. L’essentiel de la recherche du Business Model permet de voir si votre projet est réalisable grâce à la rédaction de votre plan financier (coûts et marges). Ce document vous permettra donc par la suite de retranscrire en chiffres les éléments techniques afin d’établir concrètement votre plan financier (voir le point 2 – Le plan financier).

Que retrouve-t-on dans le Business Model ?

Votre Business Model (rédigé par le franchiseur ou la marque elle-même) doit répondre aux questions essentielles qui vous permettront de bien comprendre dans quelle direction vous devrez vous diriger avec la franchise. Le franchiseur vous laisse uniquement 10 à 15% de marge de manœuvre afin d’adapter le Business Model à votre convenance. Prenons l’exemple d’un magasin alimentaire : vous pourrez éventuellement vendre des produits locaux ou du terroir dans votre franchise. Quant aux restes de vos produits, ils vous seront livrés directement des stocks de l’enseigne que vous représentez.

POUR PLUS D’INFORMATIONS, cliquez sur la partie qui vous intéresse.

Votre partenaire clé est le franchiseur. Ce dernier vous imposera ses règles.

Vos activités principales (donc les produits ou services) que vous allez vendre, seront sélectionnés par le franchiseur. Vous serez alors dépendant des nouveautés qu’ils mettront en vente, des produits en vente selon les saisons/les fêtes…

Quelles sont vos ressources essentielles au bon fonctionnement de votre activité ?

Il existe 4 types de ressources :

  • Ressources physiques : Elles sont partagées avec le franchiseur. Le bâtiment peut être mis en location par ce dernier. De plus, le cédant franchisé a investi dans l’achat de matériels, de véhicules. Il y a donc lieu de vérifier l’état et prévoir des investissements de remplacement.
  • Ressources intellectuelles : Elles sont imposées par le franchiseur et surtout elles sont la propriété de la marque. Cela correspond aux éléments immatériels comme la marque, le brevet, les droits de propriété intellectuelle, les droits d’auteur…
  • Ressources humaines : Elles sont proposées par le franchiseur ou sont des ressources propres du franchisé cédant. Cela correspond au personnel de l’entreprise existante (qui resteront lors de la reprise), aux partenaires de l’externalisation (qui viennent parfois du franchiseur), partenaires indépendants (notaires, avocats, sous-traitants…). Ce sont des partenaires clés de l’entreprise (il est tout de même préférable de faire attention au passif social).
  • Ressources financières : Cela correspond aux liquidités, ligne de crédit… Vous devez vous assurer de couvrir les besoins suivants :
    • Ceux de l’entreprise cible
    • Ceux du dirigeant repreneur 
    • Le financement de la reprise

Vous avez l’opportunité d’être déjà connu grâce au nom de la marque que vous représenterez avec votre nouvelle franchise.

Quelle marge bénéficiaire le franchisé va-t-il percevoir ?

Les prix sont-ils les mêmes chez tous les franchisés ?

Devez-vous mettre un SAV en place ?

En fonction de l’offre du moment, le franchiseur décide de la cible. La segmentation client est établie par le franchiseur et la marque en elle-même, tout comme la stratégie communication. Les délais de paiement quant à eux reste l’opportunité du franchisé. Ce dernier peut faire sa propre publicité (plus au niveau local). Le repreneur profite déjà d’un ensemble de dispositifs déjà mis en place et qui ont fait leur preuve.

L’ensemble des décisions concernant la vente, offres et promotion, SAV sont prises par le franchiseur ou la marque en elle-même.

L’étude de marché est réalisée par le franchiseur. Il vous la présentera mais celle-ci sera absolument à retravailler.

Vous devrez également vous charger de la structuration de vos futurs coûts. Le franchiseur quant  à lui vous proposera sa structure de coûts de fonctionnement. Vous devrez alors, en tant que franchisé, l’adapter à vos propres coûts. Attention : vous devez également prendre en compte la structure de coût pour le dirigeant sortant par le dirigeant entrant, tout comme une nouvelle structure de coût de fonctionnement.

Cela correspond aux bénéfices qui seront générés par votre entreprise auprès de chaque segment de votre clientèle. Ces bénéfices peuvent provenir de ventes directes, d’abonnements récurrents, de location… Sur base de l’expérience du franchiseur adapté à sa propre structure de coûts.

Conclusion : L’avantage du Business Model pour une franchise à reprendre est que celui-ci est déjà établi et qu’il a fait ses preuves ailleurs. Il est donc très avantageux. L’inconvénient majeur est que vous êtes donc extrêmement dépendant des choix de politiques de distribution du franchiseur.

Si vous avez besoin d’aide pour mettre en place votre Business Model,

alors CONTACTEZ-NOUS !

2 – LE PLAN FINANCIER

À la base, le plan financier est une obligation légale pour les activités en société mais il prend tout son sens dans l’étude d’un projet. Pourquoi ? Parce qu’il permet de chiffrer et de donner l’impact du Business Model dans le patrimoine et le financement de ce dernier. On y fixe effectivement une série d’hypothèses et on analyse leur impact sur le plan de la trésorerie. Vous recevrez un plan financier du franchiseur qui devra être adapté à la réalité structurelle du franchisé (mode de rémunération, avantages tirés de l’activité…).

Votre Business Model est alors utile pour convaincre d’éventuels partenaires de vous rejoindre dans votre projet et est indispensable pour obtenir l’appui d’une banque (qui s’intéressera plus sérieusement à votre plan financier) ou des invests publics.

Le plan financier est donc un des documents qui permettra de valider (ou non) la faisabilité du projet en tenant compte des besoins de l’entrepreneur. Il est utile de le mettre à jour à chaque étape clé de la vie de l’entreprise. Ce n’est donc pas un document figé mais bien un outil de travail amené à évoluer. Le plan financier est donc ce que l’on appelle un budget en rythme de croisière.

En tant que repreneur, vous devrez établir le plan financier de l’entreprise cible qui tiendra compte de :

  • l’adaptation du Business Model,
  • des flux financiers de l’entreprise cible,
  • des flux financiers du dirigeant repreneur (coût structurel du dirigeant),
  • et des flux financiers de la reprise.

Concrètement, voici ce qu’il se passe en terme de flux financiers : 

Image module

Point d’attention :

Même s’il vous est fourni d’office par le franchiseur, il est important en tant que repreneur de refaire le plan financier. Effectivement, (sauf exception) il faudra vérifier que les chiffres tiennent compte de la période de démarrage. De plus, ils ne tiendront jamais compte du coût structurel du franchisé (coûts de financement, avantages, rémunération…). Ces informations sont pourtant cruciales pour vos calculs. De manière générale, restez prudents et méfiez-vous car le franchiseur partira toujours d’un plan financier standard.

En savoir plus sur le plan financier

Lors de la reprise en fonds de commerce, le plan financier est composé d’un bilan d’ouverture, d’un bilan projeté 12-24 mois et d’un compte de résultat 12-24 mois.

Le bilan d’ouverture

Il décrit le patrimoine de départ de l’entreprise (c’est-à-dire l’investissement), les méthodes de financement de ce patrimoine ainsi que les frais de lancement de cette reprise.

1.Que dois-je payer au vendeur ?

Mon fonds de commerce

+

Les investissements repris

+

Le stock repris

2.Que dois-je financer en plus ?

Délai de paiement laissé aux clients pour payer leurs factures

+

La trésorerie de sécurité

Le délai de paiement laissé par les fournisseurs

3.DONC que dois-je apporter ?

(Le point 1 + le point 2 cités ci-dessus)

Les crédits bancaires et le crédit de l’invest

=

Détermine les fonds à apporter pour reprendre l’affaire

Le bilan projeté 12-24 mois met en lumière ce qui devrait avoir évolué par rapport au bilan de l’activité reprise (c’est essentiellement l’évolution du Business Model).

Attention : la trésorerie est importante car vous devrez être capable d’assumer les besoins propres de la société cible.

Ce bilan projeté 12-24 mois détermine l’évolution du patrimoine et de son financement. Ceux-ci peuvent découler :

  • Des investissements complémentaires
  • Du stock en augmentation
  • De l’augmentation de l’encours client

L’évolution du mode de financement :

En interne :

  • Amélioration des fonds propres par les bénéfices laissés au profit de l’entreprise.
  • Dégradation des fonds propres si les résultats sont négatifs (-).

En externe :

  • Financement de nouveaux crédits (+)
  • Remboursement des crédits existants (-)
  • Amélioration de la relation fournisseurs → augmentation des délais de paiement (+) (ou inversement (-))

Ce bilan devra aussi être accompagné d’un compte de résultat (revenus – dépenses) qui déterminera si l’entreprise a réalisé des bénéfices ou si celle-ci est en déficit.

Donc, cela correspond à ceci d’un point de vue comptabilité :

Le Chiffre d’Affaires de l’activité (point 4)

Achats et coûts de fonctionnement (point 3, 6 et 8)

Amortissement du fonds de commerce repris

Amortissement du matériel repris

Les impôts

=

Détermine les bénéfices nets disponibles pour couvrir les frais de l’entrepreneur et également les bénéfices laissés au profit de l’entreprise.  

Si vous avez besoin d’aide pour mettre en place votre Plan Financier,

alors CONTACTEZ-NOUS !

3 – LES MODES DE FINANCEMENT

Le plan financier nous a permis de déterminer les besoins de financement de votre projet. Et comme chacun le sait, ce dernier est le nerf de la guerre. Manquer de liquidité au moment crucial peut se révéler fatal. Il existe différentes solutions possibles pour le financement de votre entreprise.

en savoir plus sur les modes de financement

Plusieurs personnes peuvent intervenir financièrement dans votre projet. Pour en découvrir plus, cliquez sur la partie qui vous intéresse :

  • Apport en industrie.
  • Apport en argent.
  • Prêt à la société (c’est-à-dire un prêt bancaire).
  • Ce dernier peut également être amené à donner une caution solidaire à un prêt bancaire.
  • Apport en argent contre la participation au droit de vote et/ou aux bénéfices de la société.
  • Prêt de la société.
  • Apport en argent contre la participation au capital et/ou aux bénéfices de la société. Si cet apport s’effectue en Personne Physique, alors vous pouvez bénéficier du Tax Shelter. Ce dernier est à destination des entreprises débutantes ou en croissance. Cela revient en bref à une réduction d’impôt en Personne Physique. Voir les conditions.
  • Si le prêt en argent se fait en Personne Physique ET en Région Wallonne, alors vous pouvez bénéficier du Prêt Coup de Pouce. C’est également le cas à Bruxelles avec son équivalent : le Prêt Proxi.

A. Les Invests Publics

Ce sont des Invests Publics en Région Wallonne qui contribuent à votre projet (parmi ceux-ci, on y retrouve SambrInvest, NivelInvest, IMBC, NamurInvest, Noshaq et MeusInvest). Ces derniers peuvent alors intervenir soit en capital ou soit en prêt.

Ils interviennent en apport en argent soit contre une participation au capital et/ou aux bénéfices de la société ou soit sous forme de prêt (obligataire convertible ou autre).

B. Les Invests Régionaux (La SOWALFIN)

Ceux-ci interviennent en prêt ou en garantie auprès de la banque.

Qu’est-ce que le crowdfunding ?

Le crowdfunding est un financement participatif. Cela vous permet donc de « lever des fonds » auprès d’un nombre illimité de « donateurs » et donc de pouvoir réaliser votre projet. Sachez qu’il existe plusieurs formes de crowdfunding : le don, la récompense (la Personne Physique ou Morale recevra donc une contrepartie à son financement, le crowdlending, etc.

L’entrée se fait en apport en capital, en emprunt ou en don. Cette pratique peut donc vous permettre de bénéficier du Tax Shelter, et ce uniquement si la participation se fait en capital. Le Tax Shelter est à destination des entreprises débutantes ou en croissance. Cela revient en bref à une réduction d’impôt en Personne Physique.

Il s’agit d’un emprunt bancaire. Cela peut donc être garanti par les acteurs publics dont la Région Wallonne (SOWALFIN) ou Bruxelles (finance&invest.brussels).

Le Plan Airbag est une aide financière lors de la création de votre projet. Celui-ci est octroyé par la Région Wallonne si vous remplissez toutes les conditions.

NOUS VOUS ACCOMPAGNONS !

  • Sélection du mode de financement le plus adéquat à votre projet
  • Choix de l’organisme financier et/ou public le plus avantageux pour vous
  • Montage de votre dossier de financement
  • Négociations avec vos financeurs potentiels

CONTACTEZ-NOUS !

4 – LES AIDES

EN COURS DE DEVELOPPEMENT

En savoir plus sur les aides

TEST

NOUS SOMMES A VOS COTES : 

  • Sélection des aides auxquelles vous pouvez prétendre.
  • Constitution des dossiers de demande de ces aides.
  • Cet accompagnement peut lui-même faire l’objet d’une subsidiation publique partielle !

CONTACTEZ-NOUS ! 

En conclusion

    MCP est agréé par la Région Wallonne pour 
  les chèques entreprises. En savoir plus...
La Région Bruxelloise propose différents subsides envisageables.
     En savoir plus...

Formalités administratives

Choisir la forme juridique

Formalités juridiques

Mise en place financière

MCP Conseils peut vous
aider à y voir plus clair
et à prendre les meilleures
décisions pour votre projet.
Plus d'informations !