L’association en vue d’une future reprise

 

Nous avons vu les avantages de l’association ainsi que les modalités de la reprise d’une entreprise. Envisageons à présent un cas particulier : l’association en vue d’une reprise d’activité. De plus en plus répandue, cette pratique présente différents avantages non négligeables pour le futur acheteur. Il faut toutefois prêter attention aux risques de conflit que pourrait provoquer, entre autres, le choc des générations.

Pour illustrer notre réflexion, imaginons un jeune notaire qui désire se mettre à son compte. Plus tôt que de démarrer seul son affaire ou de s’associer avec un partenaire de sa génération pour créer ou racheter une étude, il va faire le choix de s’associer pour un temps avec le dirigeant actuel de l’entreprise qu’il convoite (et qui est d’accord de lui vendre). À terme, lorsque le dirigeant actuel décidera de se retirer, le jeune notaire pourra racheter les parts de son associé (plutôt que la totalité de l’enseigne à un simple vendeur).

Les avantages

  • Ce type d’association permet de limiter la sortie de fond initial pour le rachat de l’entreprise. Effectivement, le dirigeant « historique » ne se retirant pas, il ne cède dès lors qu’une partie de son activité. Ce qui réduit considérablement le poids de l’investissement qui est en fait étalé dans le temps. Par exemple l’acheteur paie 50% du prix de vente (fixé à l’avance) pendant l’association et le % restant lors de la sortie définitive du cédant.
  • Cette association permet aussi de jouir de l’expérience du futur cédant tout en apportant du sang neuf avec une possible amélioration des résultats (redynamiser le secteur, le marketing, l’image,…). Pour que cet échange fonctionne, une parfaite symbiose entre les associés est impérative (voir plus loin).
  • L’association en vue d’une reprise permet évidemment de profiter d’un écosystème et d’un réseaux préexistants, comme dans le cas d’une simple reprise. Si ce n’est qu’ici, le nouveau dirigeant (qui n’est alors qu’associé) sera d’autant plus facilement accepté qu’il travaillera de concert avec le dirigeant historique qui agira dès lors à la manière d’un « pass ».

Les risques/inconvénients

  • L’association impliquera obligatoire une augmentation du coût du dirigeant (puisqu’ils sont désormais deux associés au lieu d’une seule tête pensante). Toutefois, cette augmentation peut facilement être compensée par l’augmentation des résultats découlant d’une entente parfaite et d’une bonne complémentarité entre les associés.
  • L’apparition de conflits éventuels. Les conflits lors d’une association peuvent apparaître pour différentes raisons. Par exemple si les associés s’occupent des mêmes tâches avec des visions différentes (à cause de la différence de génération notamment) ou si les méthodes de travail, de management, de communication sont trop différentes. Au final, ce manque de symbiose est le seul vrai danger de ce type d’association.

En conclusion

S’associer en prévision du rachat d’une entreprise est un choix qui semble intéressant. Bien menée, l’association peut être à la fois un vecteur de développement et une phase de transition permettant la facilitation de la passation de pouvoir et la diminution du poids du financement du rachat. L’idée doit être étudiée attentivement avec l’aide d’un conseillé. MCP Conseil peut vous accompagner dans vos démarches d’approche, d’analyse et de négociation. CONTACTEZ-NOUS.

div#stuning-header .dfd-stuning-header-bg-container {background-color: #262875;background-size: cover;background-position: center center;background-attachment: fixed;background-repeat: no-repeat;}#stuning-header div.page-title-inner {min-height: 100px;}div#stuning-header .dfd-stuning-header-bg-container.dfd_stun_header_vertical_parallax {-webkit-transform: -webkit-translate3d(0,0,0) !important;-moz-transform: -moz-translate3d(0,0,0) !important;-ms-transform: -ms-translate3d(0,0,0) !important;-o-transform: -o-translate3d(0,0,0) !important;transform: translate3d(0,0,0) !important;}